Nous reproduisons ici quelques faits recueillis au siècle dernier
dans la paroisse de L'Ange-Gardien.

Disparus (18 janvier 1911)

Une disparition vient d’avoir lieu dans notre paroisse. Tout le monde doit être anxieux de savoir de quoi il s’agit. Eh bien ! Il y a quelques jours nous parlions de vente de boisson en cachette; tout le monde était sur le qui vive pour savoir qui allait être pris en flagrant délit. Mais peine perdue, les cruches et les flacons sont disparus. S’ils font leur réapparition, nous y verrons.

Redressons nos croix (18 janvier 1911)

Ayons soin de nos croix et redressons les quand elles sont penchées. Allons ! Une couple d’heures d’ouvrage et elles seront en bon ordre et au printemps avec un peu de peinture elles seront plus atrayantes.

Visite très rare (18 janvier 1911)

M. Arthur Gariépy, marchand de notre paroisse, se rendant à son magasin comme d’habitude, constata à son arrivée qu’une grande quantité de mélasse s’était répandue sur la plancher. Quantité de poches de farine et de boîtes de toutes sortes reçurent cette rare visite. M. Gariépy eut vite fait d’en confier le nettoyage au père Octave Leroux qui employa une partie de la journée à effacer les traces de la visiteuse. M. Gariépy a éprouvé par cet accident une perte assez rondelette. Une visite aux chantepleures avant de se retirer le soir est une excellente mesure de prudence.

Plusieurs enfants, pas de logis (11 février 1911)

Plusieurs enfants, pas de logis, voici la condition que l'on met maintenant quand on nous propose un loyer. Elle est en vogue dans nos villes, mais nous ne pensions pas qu'elle s'implanterait dans nos campagnes où on est heureux de voir des familles de 7, 8, 9, 14 et même de 15 enfants. Est-il raisonnable de voir refuser logis à ces nombreuses familles? Assurément non. Quand on voit des pères et des mères qui peinent pour élever, nourrir, vêtir, instruire leurs nombreux enfants, peut-on croire qu'il se rencontrera des propriétaires assez mesquins pour leur refuser logis? Il me semble qu'on devrait s'empresser de louer sa maison aux nombreuses familles, parce qu'elles ne peuvent qu'attirer les bénédictions du ciel où elles demeurent.

Post Office (18 mars 1911)

Dans la présente correspondance, il est question d'une amélioration obtenue par notre député fédéral en obtenant de l'honorable ministre des postes la livraison de la malle deux fois par jour, le matin à 10 heures et le soir à 7 heures. Puisque l'honorable ministre et M. le député sont si bien disposés pour notre paroisse, y aurait-il moyen de donner avis à qui de droit et de nous mettre des enseignes en bon français, et si la chose a lieu ils auront fait là un acte qui leur fera honneur, car il ne faut pas oublier que nos paroisses sont en très grandes majorité canadiennes-françaises.

Assermentation (25 mars 1911)

On m'accuse de part et d'autre d'être le dénonciateur de cette prétendue chasse illégale au chevreuil dans les limites de la paroisse de L'Ange-Gardien de Montmorency, eh ! bien voici : je déclare par la présente n'avoir aucun rapport que ce soit direct ou indirect avec cette dénonciation si vraiment elle existe et je fais cette déclaration sous serment.


Je me souscris,
(signé) Apollinaire Huot


Assermenté devant moi ce vingt-troisième jour de mars, mille neuf cent onze
(signé) Joseph Huot, juge de paix

La Portioncule  (4 août 1911)

Un grand nombre de personnes se sont approchées de la Table sainte à l'occasion de la Portioncule, et ont fait des visites nombreuses afin de gagner L'indulgence du Grand pardon.

À la porte de l'église, nous lisions l'inscription suivante : « Grand pardon d'Assise, une indulgence plénière à chaque visite. »

L'automobile fait une autre victime (4 août 1913)

Conduite à une vitesse vertigineuse (ndlr selon l'enquête du coroner, 15 à 18 milles à l'heure) une automobile qui était occupée par deux hommes a dévié de sa course, à un mille de la côte de L'Ange-Gardien, sur la route de Ste Anne de Beaupré, hier matin, vers onze heures, et est allée donner contre une clôture et l'un des occupants a été tué, et l'autre blessé. […] L'accident est le résultat d'une fausse manœuvre. En voulant éviter une cavité, M. Nadeau manoeuvra si brusquement, qu'il perdit le contrôle de la voiture qui filait à une très grande vitesse, fit trois tours sur elle-même et tourna sans (sic) dessus dessous à côté de la route. M. Nadeau, projeté avec violence, fut tué sur le coup. Il se fractura le crâne et s'infligea d'autres blessures très graves. M. Sharples, lancé lui aussi à plusieurs pieds de l'auto, échappa miraculeusement à la mort. […] L'automobile a été fortement endommagée. C'est une machine Kessell que M. Sharples avait acquise récemment. […] M. Nadeau laisse une femme et 4 enfants. […]

Plaques souvenirs (31 décembre 1914)

Deux magnifiques plaques en marbre ont été posées dans le sanctuaire de notre église en mémoire de quatre anciens curés de notre paroisse et qui reposent sous les dalles de l'églide : Rév. Gaspard Dufournel, décédé le 30 mars 1757 à l'âge de 94 ans, curé de 1694 à 1757; Hubert Hamel, décédé le 25 juillet 1832 à l'âge de 32 ans, curé en 1832; Joseph Asselin, décédé le 28 mars 1856, curé de 1844 à 1854; F.X. Leduc, décédé le 16 octobre 1861 à l'âge de 70 ans, curé de 1854 à 1861.

Comme on pourra le constater, l'abbé Dufournel a été curé en notre paroisse 63 ans; c'est un véritable record, car la chose doit être unique. Aussi un vivace souvenir est resté de lui. Nous lisons une foule d'actes signés par lui dans nos registres.

Abondance de neige ( 30 janvier 1917)

Les fortes bordées de neige que nous avons eues en si peu de temps ont arrêté le charroyage dans les bois. Si nous avons un peu de beau temps en février, ces charroyages vont peut-être être continués; toujours est-il qu'il est difficile de trouver en notre paroisse du bois de chauffage; on est même obligé d'aller à l'étranger pour se procurer le précieux combustible.

En garde (26 avril 1917)

M. le curé a, dimanche dernier, à la grand' messe, mis ses paroissiens en garde contre ces individus qui passent de porte en porte, et répandent à flot de la mauvaise littérature. Quand un individu de cette espèce se présente à nous rien de plus facile nous dit M. le curé que de lui demander s'il a l'autorisation de notre curé sinon présentez-vous à sa demeure et si ce dernier approuve cette lecture nous verrons. Voilà tout.

Nous ne devrions jamais acheter de ces passants qui pour la plupart sont de véritables vagabonds qui soutirent notre argent. Écoutons notre curé et tout le monde y trouvera son compte, tant sous le rapport de la morale qu'au point de vue financier.

  1. En garde contre les vendeurs de mauvais livres.
  2. En garde contre les vendeurs de mauvaises graines.
  3. En garde contre les vendeurs de prétendus stimulants.
  4. En garde contre les vendeurs de pétate ( sic ) à une $1.00 la livre
  5. En garde contre certains individus demandant pour l'institution des Sourds Muets.
  6. En garde contre certains marchands ambulants qui exigent beaucoup et ne donnent rien.
  7. Enfin en garde contre tout ce qui est suspect. Si nous sommes dans l'incertitude, demandons conseil.

Protestation (12 juin 1917)

Les membres de notre conseil municipal ont, à leur dernière assemblée générale de juin, protesté officiellement contre la conscription.

Statistiques 1916-1917 (9 janvier 1918)
 
1916
1917
Familles
285
291
Communiants
1264
1272
Non communiants
313
336
Nombre de communions durant l'année
59 500
63 000
Nombre d'âmes           
1581
1608
Naissances     
75
78
Mariages
10
7
Sépultures d'adultes
15
18
Sépultures d'enfants
21
13

Verte semonce (29 janvier 1918)

Un individu de notre paroisse qui s'obstinait à ne pas vouloir fermer son magasin le dimanche, s'est fait servir une verte semonce par le juge. Il fut condamné à payer l'amende et les frais et fut averti de ne plus réapparaître pour la même offense.

Grande marée (27 novembre 1918)

La grande marée de novembre a fait des siennes en notre paroisse. Des dommages assez importants ont été causés [ ... ] Il a fallu mettre en lieu sûr, vaches, porcs, et volailles, des milliers de piquets et de perches pour clôture ont été emportés par les eaux, la voie ferrée était inondée par trois pieds d'eau, le bois de pulpe et le bois de chauffage à la gare ont été emportés; en un mot, il s'est passé des choses non encore vues.

Avion (11 juin 1919)

Notre population a pu contempler un aviateur passant au dessus de notre paroisse dimanche dernier à 2 et 15 de l'après-midi. L'avion passait à grande vitesse et son moteur attirait l'attention de notre population.

Sévèrement puni (11 novembre 1919)

L'hon. Juge Choquette a condamné ce matin à 4 mois de prison un individu de L'Ange-Gardien du nom de M. Bouchard. Il était accusé d'acte indécent. Le magistrat a déclaré qu'il sévirait fermement contre de tels actes.

Il tue une poule (5 novembre 1919)

Le meurtre d'une poule. Tel fut la cause entendue ce matin par l'hon. Juge Choquette. M. O. Côté, de L'Ange-Gardien, poursuivait  M. Edgar Garneau, son voisin, qu'il accusait d'avoir tué une de ses poules évaluée à $2.00. Le défendeur prétend que les poules du demandeur allaient briser son jardin mais personne n'a le droit de se faire justice à lui-même et le défendeur est déclaré coupable.

Funérailles des victimes de « La Retenue » (28 août 1925)

La population de L'Ange-Gardien a fait, hier, d'imposantes funérailles à trois jeunes gens qui se sont noyés dimanche dernier, dans le lac de « La Retenue » au cours d'un voyage de pêche et dont la mort a causé un grand émoi et un deuil général dans la paroisse.

Les jeunes gens de la Ligue du Sacré-Coeur ont accompagné à l'église les cercueils des trois victimes, dont le premier à être transporté fut celui d'Emmanuel Laberge, puis ce fut le transport du corps de Roméo Tremblay et enfin celui d'Albert Mathieu.

Vente de propriété (20 juillet 1928)

La magnifique propriété de feu Louis Richard qui avait été vendue à M. T. Simard, marchand de Québec, a été revendue comme on le sait il y a quelque temps par ce dernier à M. L'abbé Auger de Québec. Ce dernier a fait de grandes réparations à cette splendide résidence, le tout a un aspect attrayant. M. l'abbé en a fait sa résidence pour l'avenir. Qu'il soit le bienvenu parmi nous.

La vicomtesse à l'Ange-Gardien (6 juin 1930)

Lady Willingdon a visité ces jours derniers l'église historique de L'Ange-Gardien. La vicomtesse a été reçue par M. l'abbé L. Picher, curé de la paroisse qui lui a fait admirer les trésors artistiques conservés dans ce temple fameux. L'église de L'Ange-Gardien est la plus vieille du Canada. Son retable est considéré comme le plus beau de toutes les vieilles églises du pays. L'autel est tout à fait remarquable. Les sculptures y datent de Mgr de Laval et ont été faites à l'École de St-Joachim, fondée par le premier évêque de Québec. Le tableau qui orne le maître autel est un original et vient du Luxembourg. Les vases sacrés ont aussi un intérêt historique remarquable.

Lady Willington a été si enchantée de sa visite qu'elle a promis à M. le curé Picher de revenir à L'Ange-Gardien visiter l'église avec le Gouverneur général, Lord Willingdon

Les travaux commenceront lundi matin (17 mars 1931)

Le contrat pour la construction de l'église de L'Ange-Gardien a été signé hier. Les travaux commenceront dès lundi et le temple historique renaîtra bientôt de ses cendres. Il se dressera sur le même site que l'ancien, mais à 25 pieds de la route nationale. On devra empiéter légèrement sur le cimetière. On lui conservera le même style que l'autre, mais on fera les modifications qui s'imposent. Rappelons que le contracteur est M. Philippe Mathieu et l'architecte M. Héliodore Laberge  [ ... ] La nouvelle église coûtera environ 132 000$.